Dumping syndrome

Vidangez, mais que lorsque cela est nécessaire!

Une vidange trop rapide de l’estomac cause ce que l’on appelle le « dumping syndrome » ou « syndrome de dumping ». Découvrez ce qu’est ce phénomène, ses symptômes, ses moyens de prévention et ses traitements.

Le dumping syndrome, c’est quoi ?

Il s’agit d’un phénomène qui peut se produire chez l’Homme après avoir ingéré son repas. L’estomac évacue le contenu du repas trop rapidement lors de la vidange gastrique. Les aliments ainsi ingérés vont de l’estomac vers le petit intestin. Il n’y a donc pas de digestion.

La présence d’aliments hyperosmolaires dans l’estomac conduit à la dilatation trop rapide du duodenum, et entraîne le dumping syndrome.

Ce phénomène désagréable touche notamment les individus ayant eu recours à la chirurgie de l’obésité. Parmi les interventions chirurgicales pouvant entraîner le dumping syndrome, il y a la sleeve gastrique (gastrectomie) et le bypass, des opérations en chirurgie bariatrique, la chirurgie de la vésicule biliaire ainsi que la chirurgie de l’estomac.  D’autres chirurgies comme la gastro-entérostomie, la vagotomie et la fundoplicature de Nissen peuvent aussi avoir comme complications le dumping syndrome.

Le dumping syndrome se manifeste en deux parties : il y a tout d’abord le dumping syndrome précoce, puis ensuite le dumping syndrome tardif.

Le premier phénomène se produit dans l’heure suivant le repas, tandis que le deuxième cas ne commence qu’une heure et demie après la consommation des aliments.

Dans tous les cas, c’est l’arrivée brutale de la nourriture dans l’intestin qui conduit au dumping syndrome.

Symptômes du syndrome de dumping

Lors de la phase de dumping syndrome précoce, il y a apparition d’un malaise chez l’individu touché par le phénomène. En parallèle à la sensation de malaise, on peut avoir des bouffées de chaleur. Le syndrome de dumping s’accompagne aussi de palpitations. Certains malades peuvent avoir des nausées. Diarrhées profuses et ballonnements font aussi parties des symptômes de ce syndrome. La manifestation des symptômes dure à peu près une demi-heure.

Dans la deuxième partie du syndrome, l’individu ressent une grosse fatigue. Il a l’impression d’avoir faim. Il tremble. La sensation de manquer de sucre (hypoglycémie) est un autre symptôme du dumping syndrome tardif. Cette hypoglycémie réactionnelle est due à l’évacuation rapide de la nourriture, qui cause la libération par le pancréas d’une grande quantité d’insuline dans le sang. Le syndrome de dumping peut aussi entraîner des troubles du comportement.

La gravité ainsi que la fréquence des symptômes du syndrome de dumping varient en fonction de chaque sujet. De plus, il n’existe ni de tests ni d’examens médicaux pour dépister ce phénomène. Il faut donc se référer à ces indices pour reconnaître le dumping.

Les symptômes du syndrome de dumping disparaissent petit à petit au fil des mois. Cependant, en fonction du patient, il est possible que ces signes persistent plus longtemps voire des années.

Conséquences du syndrome de dumping 

Ce phénomène entraîne rapidement l’amaigrissement de la personne touchée par le syndrome. Si le patient est enclin à des diarrhées profuses, il peut avoir une carence en sels minéraux.

Le dumping syndrome cause aussi le dégoût pour la nourriture chez le patient. Touchée par la fatigue ou l’asthénie, l’individu devient paresseux et ne veut plus bouger de son coin.

 

Prévenir le syndrome de dumping

Le dumping syndrome est un phénomène que l’on peut contrer en soignant son alimentation. Il est recommandé notamment de fractionner ses repas de la journée (matin, midi et soir) en 6 petites portions au lieu de trois.

Bannir également les aliments riches en sucres simples. Consommer plutôt des repas avec des sucres complexes. Une autre mesure diététique à prendre est de limiter les aliments avec trop de sel. Ces nourritures favorisent l’apparition du phénomène.

Pour limiter le dumping, le mieux est de privilégier une alimentation riche en protéines et en fibres, qui permettent de limiter les pics d’insuline tout en retardant la vidange. Parmi les aliments riches en fibres, il y a les pommes, les pêches et les prunes.

Il faut aussi changer sa manière de prendre les repas. Ainsi, il est conseillé de prendre un coin calme pour manger. Le repas doit se déguster lentement.

Il faut éviter également de boire pendant les repas. Le mieux est de ne boire qu’une demi-heure après la fin d’un repas.

Après le repas, il faut prendre l’habitude de s’allonger durant 15 à 20 minutes. Il s’agit ici de s’étendre à plat pour favoriser le ralentissement des aliments ingérés qui circulent dans l’estomac avant de passer dans les intestins.

Pour résumer, il ne faut ni manger trop gras, ni trop salé, ni trop sucré si l’on est susceptible d’être touché par le syndrome du dumping. Il faut également éviter le stress, qui conduit souvent à ce phénomène. Les individus stressés ayant tendance à manger plus que d’autres.

Le bon moment pour consulter un médecin

Les symptômes du dumping syndrome peuvent persister malgré ces mesures diététiques. Dans ce cas de figure, la meilleure reflexe est d’aller chez le médecin. Ce praticien pourra diagnostiquer le patient via l’une de ces deux méthodes : la fluoroscopie au baryum et la scintigraphie.

Suite aux examens, si le syndrome est détecté, le patient recevra alors des médicaments. En général, les médicaments permettant de ralentir la vidange gastrique sont des analogues de la somatostatine. Parmi lesquels figurent l’octréotide, les inhibiteurs de la pompe à protons ou encore la cholestyramine.

Selon les cas des patients, il est possible qu’une nouvelle opération chirurgicale soit envisagée lorsque le syndrome ne peut être traité.

Conseils utiles

Pour ne pas aggraver le dumping syndrome, il est déconseillé de prendre des repas abondants. Il faut aussi bannir la consommation de boissons glacées et de lait. Le fait de ne pas manger équilibré peut aussi compliquer ce phénomène. Il faut donc faire attention à son alimentation.

Il faut toujours privilégier les boissons tièdes aux boissons chaudes et froides. En effet, si les boissons ont des températures trop élevées ou basses, ils risquent d’aggraver le dumping syndrome. La prudence est donc de mise.

Enfin, il est préférable de cuire au four ou en grillade les aliments.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *