Le PC, l’objet de tous les dangers ?

Maux de tête ophtalmique, articulations douloureuses, mal de dos, cyberdépendance … notre ordinateur ne nous veut pas que du bien. Objet de plus en plus ciblé, les études montrent que l’ordinateur nuit gravement à notre santé, notre bien-être. Malheureusement, à l’ère de la dématérialisation, il est indispensable. Alors quels sont ces risques qui sont montrés du doigt ? Quelles sont les solutions pour vivre en totale osmose avec notre terminal ?

Prévenir pour mieux travailler dans de bonnes conditions

Parce nous passons de plus en plus de temps derrière notre ordinateur, mieux vaut adopter les bons gestes et mettre en application quelques règles simples pour vivre en parfait accord avec notre ordinateur. Inutile de chercher midi à quatorze heures, il est essentiel d’être correctement installé derrière son ordinateur. Et pour y parvenir, quelques aménagements de base s’imposent. 

Surfez dès lors en toute tranquillité en adoptant les bons gestes.

Le clavier, la souris

Fortement sollicités, les membres supérieurs – mains, épaules, doigts et surtout les poignets – sont de plus en plus atteints par des troubles musculo-squelettiques. Pour réduire ces risques, il vous suffit d’installer votre clavier entre 10 et 15 cm du bord du bureau. Puis, forcez-vous à travailler de telle sorte que les coudes soient à angle droit, le tout en évitant de plier les poignets voire de les poser sur bord du bureau. Et, chose indispensable, optez pour une souris ergonomique adaptée à votre main.

L’écran d’ordinateur

Concernant l’ordinateur, idéalement, il doit être orienté en arrière, la partie supérieure de l’écran à hauteur des yeux et placé à minima à 50 cm de vous. Pour savoir si la distance est suffisante, un petit test peut être réalisé. Tendez les bras devant vous, étirez vos doigts, vous devez juste pouvoir effleurer votre écran. Pensez également à bien éclairer l’ordinateur – en installant de préférence une source lumineuse en retrait et plutôt derrière l’écran – pour apaiser vos yeux.

Profitez-en pour régler la luminosité de l’écran. Et faîtes en sorte qu’il soit perpendiculaire à la fenêtre pour éviter d’être éblouis voire d’avoir des reflets. Optez ensuite pour un écran de qualité traité contre les reflets.

Le fauteuil

Pour éviter toute contracture de vos muscles – nuque, épaules, dos et jambes – optez pour un fauteuil ergonomique et installez-vous dans le fond du fauteuil. Optez pour un repose-pieds – si nécessaire – afin que vos genoux soient au même niveau que vos hanches. Profitez-en pour faire des exercices bien installés dans votre fauteuil pour étirer le dos, relaxer le cou, vos doigts et vos épaules notamment.

Les pauses

La station assise prolongée derrière son poste de travail n’est pas des plus opportun. Mieux vaut s’octroyer des pauses – toutes les deux heures au maximum – pour détendre les muscles, marcher un peu tout en reposant ses yeux par la même occasion.

L’hydratation

Notre corps, notre cerveau a besoin d’être correctement hydraté pour fonctionner dans de bonnes conditions. Pensez donc à boire suffisamment et de manière régulière de l’eau. En parallèle, veillez à ce que l’atmosphère de la pièce ne soit pas trop humide et que la température ne soit pas trop élevée. En effet, ces conditions peuvent perturber l’humidité de l’œil et par voie de conséquence la circulation sanguine.

Notre être face aux risques

Dans le cadre professionnel, pour les loisirs, notre plus fidèle compagnon de bureau peut devenir dangereux pour notre santé.

La fatigue visuelle

Les reflets sur l’écran, une distance œil-écran trop faible, inférieure à 50 cm, sont des facteurs aggravants d’une déficience visuelle.

Les troubles musculo-squelettiques

Quel que soit l’usage que vous faîtes de votre ordinateur, il n’en reste pas moins que vous sollicitez toujours les mêmes muscles. Mal de dos, cervicalgies, tendinites et autres maux peuvent être à l’origine d’une mauvaise posture. Dans tous les cas, n’attendez pas que ces derniers s’aggravent pour consulter un médecin et agir en adoptant les bons gestes et postures.

La cyberdépendance

Phénomène récent ces dernières années, il caractérise les individus qui souffrent de troubles obsessifs-compulsifs. L’ordinateur devenant une obsession voire une addiction. Il existe aujourd’hui 4 catégories de cyberdépendance : la cyberdépendance aux jeux, la cyberdépendance relationnelle (relations via le net), la cyberdépendance au sexe, la cyberdépendance au stockage de contenu.

Concrètement, l’utilisateur est incapable d’arrêter son ordinateur, néglige sa famille, ses amis, à recours au mensonge pour se connecter et présente des problèmes d’assiduité. Il peut être enclin aux maux de tête, de dos, aux insomnies notamment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *