16 avril 2024

Des infos utiles

Bannister

Comment peindre un plafond sans se faire mal au dos ?

Comment peindre un plafond sans se faire mal au dos ?

Peindre un plafond n’a jamais été une partie de plaisir. Pourtant, il s’agit d’un travail indispensable pour redonner un coup de neuf à une pièce, surtout après l’apparition des auréoles due à l’infiltration des eaux. Heureusement, il existe des astuces pour peindre son plafond comme un vrai professionnel. Avez-vous envie de parfaire votre déco intérieure en réalisant une belle peinture au plancher ? Découvrez quelques astuces simples pour réussir votre tâche sans vous faire mal au dos. 

Comment peindre un plafond sans se faire mal au dos ?

S’équiper du bon matériel

La réussite d’une peinture de plafond nécessite l’utilisation d’un minimum d’équipement. En effet, vous devez disposer d’un :

  • ruban de masquage ;
  • mélangeur ;
  • bac à peinture ;
  • rouleau de peinture ;
  • pinceau plat ;
  • spalter.

Prévoyez également si possible une bâche de protection ainsi qu’une perche télescopique. N’oubliez surtout pas de vous doter d’un échafaudage roulant ou d’un escabeau. Il s’agit en effet de l’équipement indispensable si vous ne souhaitez pas jouer les équilibristes. Son utilisation vous évitera de vous tordre le cou et de devoir peindre à bout de bras.

Choisir sa peinture avec soin

La règle d’or pour mieux peindre un plafond, c’est de choisir une peinture adaptée. Cette dernière ne peut qu’être une peinture spéciale plafond, faite pour faciliter l’application, éviter les gouttes et limiter les traces. Il se peut que vous hésitiez entre la peinture acrylique et celle glycéro.

Notez simplement que la peinture acrylique est facile à utiliser mais ne peut pas être lessivée. En revanche, la peinture glycéro est plus résistante et lavable, mais se révèle plus difficile à appliquer.

Pour choisir la peinture idéale, il suffit de tenir compte de vos besoins en esthétique et de votre capacité financière. L’état de votre plafond peut aussi orienter le choix de votre peinture.

En ce qui concerne le choix d’une peinture mate ou satinée, tout dépendra de votre support et de son état. En effet, si le mat dissimule les petits défauts remarqués à la surface du plafond, la finition satinée quant à elle est plus adaptée aux pièces humides.

Opter pour la bonne couleur de peinture

En général, on choisit le blanc pour peindre un plafond. Cette couleur convient à toutes les pièces et donne également une impression de hauteur à celles-ci. De plus, le blanc permet d’agrandir visuellement l’espace tout en apportant une belle luminosité à l’intérieur. En outre, certains fabricants de peinture teintent leur blanc pour plafond d’une légère nuance bleutée pour un effet lumière encore plus éclatant.

Toutefois, il est possible de choisir une autre couleur de peinture, mais l’idéal serait de privilégier les tons clairs. Dans tous les cas, sachez que les couleurs foncées réduisent en apparence la hauteur sous plafond.

De même, en peignant murs et plafonds de la même couleur vous allez « tasser » la pièce et la faire sembler plus petite.

Préparer la pièce

Cette étape peut vous sembler fastidieuse, mais elle vous fera gagner un temps fou pendant la peinture de votre plafond. De plus, la protection de votre pièce préserve celle-ci contre les taches irréversibles que pourrait causer la peinture. Pour commencer, il faut sortir les meubles de la pièce et couvrir les plus difficiles à déplacer avec une bâche plastique et un adhésif. N’oubliez pas également de protéger le sol, les radiateurs et les éventuelles cheminées présentes dans la pièce.

Nettoyer le plafond

Pour obtenir un résultat lisse et sans trace, il est nécessaire de bien nettoyer le plafond en amont. Cela empêche la poussière de se mélanger à la peinture lorsque vous l’appliquez. Vous pouvez donc vous servir d’une large brosse ou d’une éponge humidifiée avec de l’eau savonneuse. Si vous utilisez l’éponge humidifiée, il faudra alors rincer la surface et la laisser sécher avant de peindre.

Pour s’assurer un résultat optimal du point de vue esthétique, il faut aussi que le plafond soit bien lisse. Si ce n’est pas le cas pour le vôtre, comblez les imperfections en utilisant de l’enduit de rebouchage et bouchez les éventuelles fissures. Il est également possible de poncer la surface avec du papier de verre fin. Dans ce cas, il faudra passer un coup de chiffon sec ou de brosse sur le plafond pour éliminer la poussière de ponçage.

Adopter les bons gestes pour ne pas se fatiguer

La peinture du plafond doit suivre une bonne méthodologie pour éviter de se fatiguer. Avant tout, vous devez vous assurer d’avoir facilement accès à la surface du plafond sans avoir à vous étirer. Aussi, le pot de peinture devrait être à portée de main pour éviter les allers-retours inutiles. 

Commencez par peindre au pinceau les zones les plus difficiles d’accès (les moulures et les surfaces occupées par les tuyaux) ainsi que les angles du plafond.

Ensuite, vous pouvez passer à l’étape du rouleau. Immergez votre rouleau à moitié dans le bac de peinture et faites-le rouler sur la grille pour bien répartir la peinture et éviter les surcharges. 

Appliquez votre peinture un mètre carré après l’autre, en créant des bandes parallèles et croisez transversalement avec le rouleau pour éliminer les traces. En outre, il faut peindre face à la lumière, c’est-à-dire de la source de lumière vers le mur opposé, pour mieux observer l’évolution du travail. Pour éviter les traces au plafond, il faut éviter de repasser sur une zone déjà sèche.

Réaliser des finitions pour parfaire sa peinture

Pour obtenir de belles finitions, surtout au niveau des angles, les spécialistes utilisent souvent du silicone à appliquer en pistolet. Ainsi, ils réalisent des bandes blanches bien nettes dans les angles. La peinture s’adapte au mieux au silicone et vous aurez une finition plus propre qu’avec le scotch spécial peinture qui a parfois tendance à baver.