2 juin 2020

Des infos utiles

Bannister

Obésité aux États-Unis : un danger qui doit être pris au sérieux

obésité états unis

Classée par l’OMS comme maladie chronique, l’obésité peut se traduire par une accumulation excessive de calories pouvant nuire à la santé. Cette affection s’est faite plus ressentir ces dix années touchant majoritairement les pays développés notamment les États-Unis.

Récemment nous vous parlions d’ailleurs d’obésité génétique.

En effet, l’obésité aux États-Unis a atteint un seuil critique et demeure l’une des principales causes de troubles de santé au sein de la population nord-américaine.

Les personnes les plus atteintes par l’obésité

L’obésité aux États-Unis touche pratiquement tout le monde. On dénombre plus d’une centaine de millions de personnes atteintes. Elle ne fait donc aucune distinction quant aux genres, à l’ethnie, à l’âge, mais la condition sociale peut être un facteur de développement.

Le genre ne souffre d’aucune discrimination devant l’obésité aux États-Unis. En effet, en 2016, ce fléau touchait approximativement 40% des femmes pour 35% de la gente masculine.

Cela s’explique principalement par le fait que la masse graisseuse moyenne chez l’homme est moins conséquente que chez la femme.

De même, des études ressentes ont révélées qu’outre le genre, l’obésité aux États-Unis touche également plusieurs ethnies. En effet, 40% de la population noirs-américaines souffriraient de ce fléau ; les hispaniques 44% et les blancs 34% n’en sont pas non plus épargnés.

Et contrairement à ce qu’on pourrait penser, l’obésité juvénile n’est estimée qu’à 19% de la population nord-américaine.

https://www.youtube.com/watch?v=kaUdnZacaRQ

Aussi, les disparités sociales sont parfois perçues comme l’une des causes de l’obésité aux États-Unis. Par conséquent, l’obésité touche plus les pauvres que les riches.

Cela s’explique par le fait que les pauvres mangent mal, habitude bien évidemment entretenue par les fast-foods. Une étude est parvenue à mettre en lumière une hausse de 23% des ventes de fast-food contre 10% des ventes industrielles sur la même époque.

Une fondation a également entériné que l’augmentation du taux de l’obésité aux Etats-Unis serait intrinsèquement liée aux revenus des ménages.

Elle étend son analyse sur le fait que les familles pauvres s’adonnent à la mauvaise alimentation et donc susceptibles d’être frappées par cette affection. D’ailleurs, pour se prémunir, il est recommandé d’opter pour un déshydrateur d’aliments, idéal pour des vitamines à tous les repas.

A titre d’illustration, 22% des enfants issus de familles pauvres souffrent d’obésité contre seulement 9,4% des enfants vivants au-dessus de ce seuil de pauvreté.

Quelques initiatives rassurantes face à l’obésité aux Etats-Unis

Le traitement de l’obésité aux Etats-Unis passe par une prise en charge récurrente que ce soit au niveau sanitaire, diététique mais aussi psychologique.

Un tel traitement n’a pas exclusivement pour but la perte de poids ou la réduction de la masse corporelle.

En effet, les soins procurés contre l’obésité aux Etats-Unis visent également à mener le sujet à vers le contrôle de son alimentation.

Ayant vite compris le danger que soulève l’obésité aux Etats-Unis, l’ancienne première dame Michelle Obama s’était fixée pour but de reformer le secteur des aliments servis dans les cantines en 2010

C’était dans l’espoir que cela réduise le taux d’obésité aux États-Unis. Malheureusement, ses réformes ne furent pas suivies par le congrès américain.

Néanmoins, un accord dont bénéficie actuellement le gouvernement en place fut trouvé avec le Sénat américain. Cependant, les pays développés notamment les États-Unis se doivent d’être optimistes.

De nos jours, il est aisé de constater que la vulgarisation et la démocratisation des mesures de lutte contre l’obésité aux États-Unis portent leurs fruits. Ces mesures tiennent pour leur mise en œuvre à l’adhésion de masse.

Afin de lutter contre l’obésité aux États-Unis, certaines villes américaines ont décidé d’augmenter l’activité physique de leurs citoyens en créant par exemple des espaces verts et des voies destinées aux piétons.

De même, certaines entreprises émettent sur certains emballages de leurs produits, le risque de la mauvaise alimentation ou proposent des programmes de mise en forme qui encouragent les actions pour la santé.